Etienne-Nicolas SUC 1802-1855

Sculpteur  originaire de Lorient; ami d’Emile Souvestre
Formé à Paris dans l’atelier du sculpteur Lemaire, il regagne ensuite l’Ouest dont il ne bougera pas après son installation dans la ville de Nantes.

Marie-Françoise Bastit-Lesourd, juin 2014-février 2017,

notice en construction

michelet-athenais-suc-platre-patine-1853-175-cm

MICHELET née MIALARET Athénaïs, SUC sculpt 1853, plâtre patiné

BIOGRAPHIE  sommaire

Le 29 juin 1802 : naissance à Lorient rue de la Petite Porte du sculpteur Etienne-Nicolas-Edouard Suc

Décédé à Nantes  le 16 mars 1855.

Epoux de Mélanie Taboureux. Ils ont une fille née le 27 avril 1827 à Nantes et trois fils : Edouard 1828- ; Arsène 1831- ; Gustave 1832- ;
Mélanie Félicité Nancy, sa fille, épouse le 6 aout ? Duclos dit Duclos Havard ou Théophile Havard dit Duclos 1809-1872 fils de Julienne Adélaïde Taboureux et donc ils sont cousins germains. Professeur d’hydrographie, Duclos vit à Brest vers 1855.

FORMATION

Il suit à Paris l’enseignement du sculpteur valenciennois Henry Lemaire 1798-1855.  Lemaire est à peine plus âgé que Suc et formé suivant la tradition néoclassique aux Beaux-arts de Paris où il arrive en 1816. “En 1819, Lemaire obtient un second prix de Rome pour “Énée blessé, guéri par Vénus”, puis il est lauréat du premier grand prix de Rome de 1821 en sculpture pour son bas-relief “Alexandre dans la ville des Oxydraques”. Il débute au Salon de 1827″. cf wikipédia .

Suc est sur Paris vers 1826 et a pu rencontrer Emile Souvestre lors du premier séjour du poète morlaisien en 1827/1828.

SUC et ses amis saint-simoniens.

Le poète morlaisien et le sculpteur se trouvent à la même période à Nantes et sont sans doute devenus amis dans le milieu des républicains et des saint-simoniens mais étrangement Suc n’aurait pas réalisé de sculpture de Souvestre pourtant suivant le biographe Prosper Levot, Souvestre recevait à son domicile parisien pour des temps entre amis des écrivains et artistes au nombre desquels il cite le nantais Suc.

Guépin Ange médaille par E.N. Suc 1856

SUC Ange Guépin, médaille 1856

Buste d’Ange Guépin par SUC Etienne Nicolas musée des Beaux-Arts, Nantes. Suivant initiale de la commande le prénom usuel serait peut-être Nicolas.

Suc réalise aussi le monument commémoratif des journées de 1830 au cimetière de la Miséricorde à Nantes.

Il fait également le buste de Billault l’avocat ancien morlaisien et condisciple de Souvestre à Pontivy qui fut lui aussi saint-simonien dans sa jeunesse.
Le peintre et dessinateur d’origine anglaise qui est ami de Nanine Souvestre, le saint-simonien Peter Hawke est également figuré par Suc mais son buste conservé au musée de Saumur après avoir figuré au salon des Beaux-arts de 1839, est aujourd’hui perdu après les destructions de la guerre 39-45.

Suc décède un après Souvestre le 1855. Sa popularité avait beaucoup baissé et son style n’était plus à la mode et dans ses dernières années il avait dû se résoudre à solliciter les commandes.

SUC, Petite mendiante  Nantes ; photo  MF Bastit-Lesourd

SUC, Petite mendiante
Nantes ; photo MF Bastit-Lesourd

Une sculpture “La petite mendiante” est installée dans la cour privée de l’immeuble 16 rue Clémenceau à Nantes, derrière le musée des Beaux-Arts.
Pas d’œuvres de cet artiste au musée de Nantes.

Il est possible d’en admirer dans les jardins de la ville, au fronton de l’ancien palais de justice entre autres.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s